Amnesty retire le prix Ambassadeur de la conscience à Aung San Suu Kyi

Africains | Publié le 13 novembre 2018 à 15h43
Aung San Suu Kyi n'est plus ambassadrice de la conscience d'Amnesty international. L'Organisation pour la défense des droits humains dénonce le silence de cette dernière face aux atrocités commises par l'armée contre les Rohingyas.

Le 11 novembre, le secrétaire général d'Amnesty international Kumi Naidoo a adressé une missive à Aung San Suu Kyi pour l'informer de la décision de son organisation de lui retirer le prix Ambassadeur de la conscience.

« Aujourd'hui nous sommes profondément déçus que vous ne soyez plus un symbole d'espoir, de courage, de défense inlassable des droits humains. Amnesty international ne peut pas justifier le maintien de votre statut de lauréate du prix d'ambassadrice de la conscience et c'est avec une grande tristesse que nous vous la retirons », écrit l'ONG qui tente de donner plusieurs justifications notamment « le silence d'Aung San Suu Kyi ere, qui vivent depuis des années sous un régime de ségrégation et de discrimination constituant une forme d'apartheid. »

« Nous continuerons de lutter pour la justice au Myanmar, avec ou sans son soutien »

« Nous ne détournerons jamais le regard des atteintes aux droits humains commises au Myanmar. Nous continuerons de lutter pour la justice et les droits fondamentaux au Myanmar, avec ou sans son soutien », poursuit Amnesty.

Plus de 720 000 Rohingyas se sont réfugiés au Bangladesh. Un rapport de l'ONU a demandé que les hauts responsables militaires fassent l'objet d'enquêtes et soient poursuivis pour le crime de génocide.

Laisser un commentaire