Lire en Guinée

Africains | Publié le 10 mai 2019 à 9h37
SONORE. Où en sont les bibliothèques en Guinée, à Conakry et dans les villes de l’intérieur ? Actives, elles seraient des lieux offrant l’accès au livre et à la lecture moyennant un abonnement modique ou d’accès gratuit...

En Guinée, comme partout, on lit quand on dispose de livres, quand on est encouragé à le faire, par la famille, l’entourage, les enseignants, l’appétit vient en lisant ! Alors, où trouver ces livres ? Lors du tout récent salon des 72 heures du livre de Conakry organisé par l'Harmattan en avril, les libraires et les éditeurs ont exposé leurs collections au CCFG et au Centre Prima. On a pu entrevoir la richesse de l’offre des libraires et de la production locale. Peu d’acheteurs pourtant car le livre est relativement cher pour la plupart des Guinéens et il n’est pas ancré dans la culture de beaucoup de générations.

Des librairies d’occasion et « parterre » pratiquent des prix beaucoup plus abordables, il faut savoir toutefois que les titres appréciés de la littérature africaine sont reproduits par photocopie industrielle, de qualité médiocre avec une reliure tellement fragile qu’ils sont chiffons dès la première lecture, sans oublier le préjudice au droit d’auteur.

Des Points Lecture

Où en sont les bibliothèques en Guinée, à Conakry et dans les villes de l’intérieur ? Actives, elles seraient des lieux offrant l’accès au livre et à la lecture moyennant un abonnement modique ou d’accès gratuit...  Pour l’instant, on attend la réelle mise en oeuvre des Points Lecture dispersés dans la capitale.

On aimerait également voir la relance du réseau des bibliothèques publiques et c’est la raison de mon séjour à Conakry : répondre au besoin de formation des professionnels animant le réseau Celpac (Centre de lecture publique et d’animation culturelle). C’est un service public, né du réseau des bibliothèques créé par la coopération culturelle. Les bibliothèques existent, il faut les revivifier.

Une bibliothèque. C’est un lieu de vie, de rencontre et d’échange, dans un bâtiment suffisamment spacieux pour accueillir les lecteurs, afin qu’ils puissent lire ou travailler sur place, avec des livres adaptés à leurs besoins, albums, romans ou documentation accessible et à jour. C’est également un bibliothécaire formé, aimant lire, d’un niveau culturel suffisant pour conseiller les lecteurs. C'est enfin un lieu ouvert pendant la disponibilité des lecteurs, après l’école, l’université, le travail.

Chaque livre a un sens, ce n’est pas une marchandise comme les autres

Comment approvisionner les bibliothèques ? Il y a nécessité de trouver un budget pour acheter de façon régulière les livres. Cela viendra-t-il de l’Etat, de la commune, d’un mécène, d’une association ? On ne peut échapper à cette donnée.

Les dons envahissent les établissements scolaires, les bibliothèques et les associations, ils arrivent souvent avant même d’être triés et choisis pour leur intérêt possible. Eviter de se laisser envahir par des objets inutiles. Chaque livre a un sens, ce n’est pas une marchandise comme les autres. En l’absence d’un budget régulier d’acquisition adapté aux besoins des lecteurs, les dons de livres non contrôlés peuvent tuer l’envie de lire.

Laisser un commentaire