Maroc : condamné pour avoir dénoncé la mort d’une migrante

Africains | Publié le 19 octobre 2018 à 13h21
Dans la nuit de mercredi à jeudi, Soufiane Al-Nguad, 32 ans, a été condamné à deux ans de prison ferme par le tribunal de Tétouan. Pour avoir protesté sur Facebook contre la mort d'une migrante.

Soufiane Al-Nguad a 32 ans. Dans la nuit de mercredi à jeudi, ce jeune Marocain a été condamné à deux ans de prison ferme pour avoir protesté sur Facebook contre la mort d'une migrante.

Une mort survenue à la suite des tirs lancés par la marine marocaine. Sont invoqués dans la décision rendue par le tribunal de Tétouan l'« outrage au drapeau national », la « propagation de la haine » ou encore l'« appel à l’insurrection civile ».

Le calvaire de Soufiane Al-Nguad a débuté en octobre, après des troubles lors d’un match de football le 30 septembre à Tétouan. Selon son avocat, il avait lancé, sur les réseaux sociaux, un appel aux ultras Los Matadores du club de football local leur demandant  de « manifester », de « porter des habits noirs de deuil », en mémoire de Hayat Belkacem.

« Manœuvres hostiles »

Cette dernière, étudiante de son état, décédée à l'âge de 22 ans, tentait de gagner clandestinement les côtes espagnoles en bateau. Pour leur défense, les autorités marocaines ont déclaré avoir tiré sur l'embarcation, où se trouvait Hayat Belkacem, à cause de ses « manœuvres hostiles ».

Laisser un commentaire