Immigration : les préconisations africaines tardent à venir

Africains | Publié le 28 juin 2018 à 9h00
Surnommé le " Spiderman du XVIIIe ", Mamadou Gassama avait fait le buzz dans les réseaux sociaux en escaladant un mur parisien pour sauver un petit enfant, suspendu à son balcon.

Samedi 16 juin, il y avait du monde à l'aéroport international Modibo Keïta de Bamako pour accueillir Mamadou Gassama. Pour son retour au pays natal : le Mali.

Ce jeune homme que l'on surnomme à Paris - et à juste titre - le « Spiderman du XVIII » avait fait le buzz dans les réseaux sociaux : simplement parce qu'il avait accompli un geste héroïque, extraordinairement courageux, en allant escalader à mains nues le mur d'un immeuble afin d'éviter à un petit enfant suspendu à son balcon une chute mortelle.

Pour ce geste de bravoure et d'héroïsme, les autorités française avaient jugé bon de régulariser sa situation administrative. Car jusque-là il était sans-papiers, et donc susceptible d'être expulsé de France. La vie de Mamadou Gassama n'a pas été un long fleuve tranquille. Avant d'arriver sur le sol français, il avait d'abord été secouru dans la mer méditerranéenne par la marine italienne dans le cadre de l'opération Mare Nostrum.

Puis, il passera quelque temps au Centre d'accueil pour demandeurs d'asile de Castelnuovo di Porto, près de Rome.

La patate chaude 

Encore une fois, Mamadou Gassama mérite d'être félicité, récompensé pour ce  qu'il a accompli. Mais il n'en demeure pas moins qu'il symbolise la défaite du politique africain, incapable d'offrir à tous ces jeunes un meilleur avenir dans leur propre pays. Aujourd'hui, on entend à tout bout de champ parler de la question migratoire en Europe, des fils et des filles d'Afrique qui crèvent dans la Méditerranée : que fait l'Union africaine ? Quelle réponse africaine apporte-t-elle à cet égard ? Rien ! On préfère laisser aux Européens la patate chaude... Pauvre Afrique !

Laisser un commentaire