Madagascar : Christian Ntsay, un Premier ministre sous tension

Africains | Publié le 18 juin 2018 à 8h40
Nouveau Premier ministre de Madagascar, Christian Ntsay doit faire face à la grogne polico-sociale qui ébranle son pays. Et préparer la prochaine présidentielle.

Malgré la nomination de Christian Ntsay, par le président Hery Rajaonarimampianina, comme Premier ministre de « consensus » sans étiquette, ça grogne toujours à Antananarivo, capitale de Madagascar. Jeudi, quelques députés et leurs partisans ont essayé - sans succès - de bloquer les ministères, où avaient été nommés des ministres pro-pouvoir « redoublants. »

Interrogé à ce sujet par la presse, Christian Ntsay a répondu : « Je suis un Premier ministre de consensus. Le gouvernement est un gouvernement de la République. Notre objectif est clair : nous devrions aller aux élections, selon les dispositions de la décision de la HCC du 25 mai dernier. Et aller aux élections requiert certaines conditions, notamment le retour à la paix, à travers l'apaisement ».

Impatience et fébrilité 

L'apaisement, en effet ! La grande île en a tant besoin pour mettre un terme à sa longue crise politico-sociale et préparer la prochaine présidentielle. Une échéance que les Malgaches attendent avec impatience et fébrilité. Même si l'on sait que celle-ci ne pourra complètement résoudre les problèmes de chômage et de pauvreté auxquels est confronté Madagascar depuis de nombreuses années.

Néanmoins tous ces défis ne sont pas insurmontables. Ce qu'il faut, c'est d'avoir à la tête de l'appareil d'Etat, un homme expérimenté, compétent, probe et dévoué à sa mission. A cet égard, Christian Ntsay, 57 ans et ancien haut-fonctionnaire à l’Organisation internationale du travail (OIT), offre un profil intéressant.

Laisser un commentaire