Fallou Sène, le visage tragique des universités sénégalaises

Africains | Publié le 1 juin 2018 à 13h44
Etudiant en licence de Lettres modernes, Fallou Sène a trouvé la mort, après avoir reçu un tir de la part des forces de l'ordre, dans l’université Gaston Berger, à Saint-Louis.

Depuis la mi-mai, rien ne va dans les universités sénégalaises, où les étudiants réclament le paiement des bourses et de meilleures conditions d'études. Un malaise si récurrent, si profond qui s'est transformé en tragédie. Avec la disparition de Fallou Sène, 26 ans. Etudiant en licence de Lettres modernes, ce jeune homme a trouvé la mort, après avoir reçu un tir de la part des forces de l'ordre dans l’université Gaston Berger, à Saint-Louis.

Un drame qui est consécutif aux 48 h de « Journées sans tickets » dans les restaurants universitaires du Crous, décrétées le 14 mai par la Coordination des étudiants de Saint-Louis (CESL). Pour dénoncer le retard dans le versement des bourses aux étudiants.

 Trois pick-up et un camion de la gendarmerie

Le moins que l'on puisse dire, cette manière d'agir des étudiants n'avait pas du tout plu au recteur d'université, Baydallaye Kane. Dans une note, il indiquait que dorénavant « les dispositions seront prises pour sécuriser les restaurants et permettre à ceux qui le souhaitent d’y accéder ».

Effectivement, le lendemain, au petit matin, trois pick-up et un camion de la gendarmerie surgissent dans l'université. Une bagarre éclate avec les étudiants. Un gendarme tire sur la cuisse droite de Fallou Sène. Ce dernier succombera à ses blessures.

Laisser un commentaire