La fièvre de Lassa tue au Nigeria

Africains | Publié le 16 mars 2018 à 9h03
Découverte en 1969 dans le nord-est du Nigeria, la fièvre de Lassa a fait une centaine de morts. La semaine dernière, 12 cas confirmés ont été recensés nationalement contre plus de 70 à la mi-février.

Le Nigeria fait face à la fièvre de Lassa. Découverte en 1969 dans le nord-est du pays et transmise par les sécrétions d'un rongeur (le rat Mastomys natalensis), cette maladie a déjà contaminé 365 personnes depuis le début de l'année 2018 ; 114 personnes sont décédées, d'après le Centre national de contrôle des épidémies (NCDC).

Des chiffres inquiétants pour les autorités nigérianes, qui cherchent à comprendre les raisons de cette flambée. Des récents tests réalisés chez certains malades n'ont rien montré de particulier : ils ont écarté la piste d'une mutation du virus.

La semaine dernière, 12 cas confirmés ont été recensés nationalement contre plus de 70 à la mi-février. Ce qui est plutôt une bonne nouvelle.

En 2019, grâce à un essai clinique chez l'homme, un vaccin, capable de prévenir l'infection, pourrait voir le jour.

Laisser un commentaire