Lilyan Kesteloot, une vie dédiée aux lettres africaines

Africains | Publié le 5 mars 2018 à 9h04
C'est à Paris que Lilyan Kesteloot vient de rendre son dernier souffle. Elle fut à la fois une amoureuse de l'Afrique mais aussi une grande spécialiste des lettres africaines.

Mercredi, les bords de la Seine portaient probablement une robe de tristesse, en apprenant le décès de Lilyan Kesteloot. Une universitaire distinguée qui aura dédié toute sa vie, tout son être, à la défense des lettres africaines. De l'Afrique. Qui à l'aube des Indépendances restait encore, pour beaucoup, comme une terra incognita. D'où ces innombrables préjugés, ces simplifications immodérées et bêtes qui ne l'ont guère  épargnée. Fort heureusement, qu'à cet égard, jamais ne se sont tues des voix savantes et éclairées. Comme celle de Lilyan Kesteloot.

Notre chère Lilyan ! Elle voit le jour en 1931 à Bruxelles. Et passe quelque temps au Congo belge. C'est là que son « intérêt pour la littérature africaine est née », dira-t-elle. Un intérêt qu'elle va chercher à creuser à l’Université libre de Bruxelles. Où licenciée en philologie romane, elle soutient une thèse de doctorat, intitulée Les écrivains noirs de langue française : naissance d'une littératureTout un programme !

 Cahier d'un retour au pays natal, une oeuvre singulière 

Dans les années 50, la voilà à Paris. Subjuguée, métamorphosée par la lecture d'une oeuvre singulière : le Cahier d'un retour au pays natal d'Aimé Césaire. Le célèbre poète de la négritude qu'elle apprendra à cerner, à apprécier, à faire entendre son cri somptueux. Elle connut aussi Léopold Sedar Senghor qui l'invita à s'installer à Dakar en enseignant à la Faculté des Lettres. Un travail qu'elle avait auparavant exercé dans les Écoles normales supérieures du Cameroun, du Mali et de Côte d'Ivoire.

Outre l'enseignement, Lilyan Kesteloot prodiguera son savoir à travers le monde de l'édition. Elle est auteur de Contes, mythes wolof, co-écrit avec Chérif Mbodj, Histoire de la littérature négro-africaineCésaire et Senghor. Un pont sur l'Atlantique.

Laisser un commentaire