Ces ONG touchées par des scandales sexuels

Africains | Publié le 26 février 2018 à 9h00
Oxfam fait partie de ces organisations non gouvernementales qui sont aujourd'hui engluées dans des scandales sexuels. Des faits graves qui risquent de saper durablement sa crédibilité.

Sommes-nous en train d'assister à un hiver moral des ONG ? Ou à un déclin de la notion d'éthique personnelle devant normalement les régir et gouverner ? Puisqu'on ne compte plus aujourd'hui le nombre de ces structures touchées par des scandales sexuels. Lesquels ont été commis auprès des populations dont elles sont censées secourir et protéger. Le plus inquiétant : ces faits graves (qui ont déjà fait la une des journaux et suscité à juste titre des réprobations) risquent de saper durablement la crédibilité de ces organisations non gouvernementales. Petit tour d'horizon de celles qui sont incriminées, et la façon dont elles ont géré ces différentes affaires.

Oxfam

On est en 2011. L'ONG est informée « d'une série d'allégations, y compris de comportements sexuels inappropriés » commis en 2011 en Haïti. Une enquête interne est lancée. Et confirme « certaines allégations ».  Les sanctions sont prises : trois employés sont licenciés. Tandis que trois autres dont le directeur d’Oxfam en Haïti décident de quitter l'organisation avant que les conclusions de l'enquête ne soient publiées. « La priorité est de soutenir pleinement les victimes et les témoins d’actes répréhensibles et de s’assurer que de tels comportements soient bannis de notre organisation. Nous condamnons fermement toute forme d’exploitation et d’abus en particulier à l’encontre des femmes et des jeunes filles », écrit Oxfam.

Comité international de la Croix Rouge (CIRCR)

La CICR déclare s'être débarrassée de 23 de ses membres en raison de comportements sexuels répréhensibles. « Depuis 2015, nous avons identifié 21 membres de notre personnel qui, soit ont été licenciés pour avoir acheté des relations sexuelles, soit ont démissionné en raison d'une enquête interne », a indiqué Yves Daccord, directeur du CICR dans un communiqué. « Deux autres membres du personnel soupçonnés de comportements déplacés n'ont pas obtenu le renouvellement de leur contrat », a-t-il ajouté.

Médecins sans frontières 

En 2017, 146 plaintes ou alertes ont été enregistrées au siège de l'ONG. Sur ces « plaintes ou alertes », 24 étaient des cas de harcèlement ou d'abus sexuel. Ce qui a entraîné le licenciement de 19 personnes. Dans les autres cas, les employés ont été sanctionnés par des mesures disciplinaires ou des suspensions.

IRC

L'ONG International Rescue Committee a indiqué mercredi qu'elle avait été confrontée à trois cas d'abus sexuels en République démocratique du Congo. Mais qu'à cet effet elle avait saisi la police et renvoyé le personnel impliqué.

Laisser un commentaire