Zimbabwe : Mugabe s’est finalement retiré

Africains | Publié le 23 novembre 2017 à 9h04
Fieffé dictateur, Robert Mugabe n’avait jamais souhaité créer un environnement démocratique propice au pluralisme, à l'alternance et à la promotion des libertés.

Robert Mugabe a finalement rendu le tablier. Quelle jubilation ! Quelle excellente nouvelle pour le Zimbabwe qui aura longtemps attendu ce moment qui lui permet dorénavant d’envisager l’avenir avec optimisme et sérénité ! Un épilogue qui n’aurait pas été possible sans l’intervention de l’armée.

C’est elle qui a pris ses responsabilités et poussé vers la sortie le vieux dinosaure de 93 ans. Et ce, dans un contexte politique, où ce dernier n’était plus en odeur de sainteté. Puisque même son parti, la Zanu-PF, après l’avoir investi pour un nouveau mandat en 2018, avait fini par le désavouer.

Ce qui bien évidemment arrangeait les affaires d'Emmerson Mnangagwa. Depuis des mois, cet hiérarque et ex-patron des services secrets du pays cherchait à lui succéder. Tout comme son ambitieuse épouse Grace Mugabe...

Un fieffé dictateur

Il est évident que les Zimbabwéens aspirent maintenant à un renouveau. Ce qui est tout à fait normal, quand on sait que les années Mugabe n’ont rien apporté ; elles ont été extraordinairement nulles : Robert Mugabe, à la tête de ce pays d’Afrique australe, naguère dans le giron anglais, n’avait jamais souhaité créer un environnement démocratique propice au pluralisme, à l'alternance et à la promotion des libertés.

C’était un fieffé dictateur dont l’obsession première était la perpétuation de son règne. Un règne qui aura empêché la population d’avoir du travail, de l’eau, de la nourriture et de l’électricité.

Laisser un commentaire