Unesco : le discours inaugural d’Audrey Azoulay

Africains | Publié le 16 novembre 2017 à 9h09
VIDEO. Lundi, la nouvelle directrice générale de l'Unesco, Audrey Azouley, a prêté serment, devant la 39e session de la Conférence générale.

 

Lundi, c’était le jour du serment pour Audrey Azoulay, devant la 39 session de la Conférence générale. La toute nouvelle directrice générale de l’Unesco en a profité pour délivrer un discours résolument volontariste. Selon elle, cette institution « en dépit des limites et contraintes de toute nature qu’elles a subies a su démontrer, au fil de son histoire, une réelle capacité à apporter les réponses créatives aux défis de notre temps ».

Sur la liste de ces défis, on peut citer entre autres, la dégradation de l’environnement, le terrorisme, la remise en cause de l’apport des sciences, les attaques contre la diversité culturelle, l’oppression des femmes ou les déplacements massifs de populations.

Autre point abordé dans ce speech inaugural, les difficultés financières et politiques de l’Organisation. « Je suis convaincu qu’il faut plus que jamais s’impliquer dans l’Unesco, la soutenir, chercher à la renforcer et à la reformer et non pas la fragiliser », a estimé Mme Azoulay.

Le rêve des pères fondateurs n’est pas encore accompli 

Et de conclure : « Nous sommes à un moment de vérité dans lequel notre responsabilité collective est engagée et alors que jamais l’Unesco n’a été aussi nécessaire. Il nous revient de prendre collectivement les bonnes décisions pour la porter dans le 21e siècle et la façonner […] Le rêve des pères fondateurs de l’Unesco n’est pas encore accompli et nous devons à la jeunesse de poursuivre cette ambition avec elle et pour elle. »

Laisser un commentaire