Péan condamné pour son « brûlot » contre Bongo

Africains | Publié le 9 octobre 2017 à 9h17
« Nouvelles affaires africaines, mensonges et pillages du Gabon ». L'auteur de ce « brûlot contre le président Bongo », Pierre Péan, vient d'être condamné à 1.000 euros d’amende avec sursis, par le Tribunal correctionnel de Paris.

Le Tribunal correctionnel de Paris vient a rendu jeudi son verdict sur Nouvelles affaires africaines, mensonges et pillages du Gabon, ce « brûlot contre le président Bongo ». Et condamné à 1.000 euros d’amende avec sursis, Pierre Péan, son auteur ainsi que Sophie de Closets, la présidente des éditions Fayard. Tous les deux devront en outre procéder à un paiement d’un euro de dommages et intérêts à l’homme fort de Libreville.

Dans leurs attendus étayés, les magistrats ont estimé que l’écrivain et journaliste français a « porté atteinte à l’honneur et la considération d’Ali Bongo », pour certains passages de cet ouvrage publié en 2014. Où il faisait croire qu’Ali Bongo était à l’origine de deux tentatives d’assassinat de Jean-Pierre Lemboumba.

Lequel fut le directeur de cabinet de son papa et ancien président du Gabon, Omar Bongo.

« Coup d’Etat électoral »

Cependant, pour les autres pans du livre, notamment l’emprisonnement du président du sénat Georges Rawiri et le « coup d’Etat électoral » par Ali Bongo, M. Péan a obtenu la relaxe. Ce qui a bien évidemment plu à maître Florence Bourg indiquant que « toutes les demandes de publication » du verdict ont été rejetées par le Tribunal, qui scelle l'épilogue de cette affaire pour diffamation qui aura fait l'objet d'un premier non-lieu en février de cette année.

Laisser un commentaire