La douce voix de Jean-Karim Fall s’est tue

Africains | Publié le 31 mai 2017 à 10h11
VIDEO. Journaliste chevronné, Jean-Karim Fall, 59 ans, a tiré sa révérence la semaine dernière, alors qu'il couvrait pour France 24 le sommet du G7.

C’est en couvrant la semaine dernière le sommet du G7 pour France24 que Jean-Karim Fall a tiré sa révérence à l'âge de 59 ans. D’aucuns diront qu’il a rendu l’âme sur son champ de bataille favori : le reportage ! Oui, nous sommes nombreux à l’avoir écouté, apprécié ses vivants récits sur Radio France internationale. Une antenne par ailleurs très écoutée en Afrique, dans laquelle il s’était illustré par son professionnalisme, sa rigueur et son expertise.

Grâce à une voix teintée de douceur, une diction sûre et élégante, Jean-Karim Fall savait captiver les auditeurs, les apprivoiser, leur expliquer les complexités et les enjeux du continent noir. Ce territoire si vaste qu’il n’est pas toujours évident d’appréhender. Surtout lorsqu’on est prisonnier de ses stéréotypes, de ses approximations, de ses caricatures. Aimer l’Afrique, c’est quitter ses certitudes livresques, c’est aller à sa rencontre. Comme le faisait si bien Jean-Karim Fall, à travers ses sonores, où l’on entendait des vies, des cris, des destins…

Dans le coeur des Africains 

Comme correspondant permanent en Côte d’Ivoire et au Cameroun de RFI, dont il dirigea longtemps le service Afrique, il fut cette voix qui narra la mort du président Félix Houphouët Boigny, la première épidémie d’Ebola en République démocratique du Congo ou encore la visite historique de Jean-Paul II en terre camerounaise.

Il n’est donc plus là. Mais il continuera à subsister, à vivre, à coup sûr, dans le cœur des Africains. Lui qui fut le fruit d’un beau métissage entre le Sénégal et la France.

Laisser un commentaire